« unique » manifestation de l’opposition interdite, contre des milliers autorisées pour le RDPC, si c’est pas de la dictature, la dictature c’est quoi?

0
940

Les élections présidentielles sont passées et on attend plus que la prestation de serment  du nouvel ancien président de la République dans quelques jours. Après ceci ou même avant qui sait, on aura sûrement des marches de je ne sais quoi du parti au pouvoir, mais comment comprendre qu’une seule manifestation de l’opposition soit si violemment interdite, pourtant ce n’est qu’un droit, inscrit dans notre constitution.

Après 36 années de pouvoir, je ne sais pas ce qu’on n’a pas vu et ce qu’on n’a pas fait pour vouloir absolument rempiler 7 années de plus. Notre constitution nous autorise à manifester, oui, mais laissez-nous donc manifester. CRTV et Canal 2 International, je ne peux pas compter combien de marches de soutien j’ai vu sur ces chaînes de télévision, réclamant la présentation du président pour un nouveau mandat. Nous on a supporté ça, même si par moment j’étais à bout de nerf et j’avais envie de casser ma télévision.

Une poignée de personnes s’est retrouvée dans les rues à Douala et l’intervention musclée a conduit à l’arrestation de plusieurs d’entre elles dont Me NDOKI qui sera jugée pour incitation à la rebellion ou émeute ou je ne sais quelle autre aneries. Voilà dans le Nord et au Sud des gens qui vous ont massivement voté qui manifestent, les premiers réclament des routes et les seconds six mois d’arriérés de salaire, pourquoi vous n’allez pas aussi les arrêter?

Quoiqu’il en soit, une chose est claire au Cameroun, dès l’instant où tu ne penses pas comme le pouvoir en place, où tu n’es pas avec eux, alors tu es un rebelle et qu’est ce qu’on fait des rebelles, on les mate et puis c’est tout. Si vivre dans ce type d’oppression n’est pas de la dictature, comment appeller donc ce type de système? Certainement pas de la démocratie, mais avec le déploiement permanent des forces de l’ordre actuellement dans la capitale, nous sommes en pleine TYRANIE.

Commentaires

commentaires