Sexe et réseaux sociaux : marché mondial de l’offre et la demande

0
5278

Les réseaux sociaux, je ne sais pas qui est à l’origine de l’affaire ci, mais vraiment, comme si on avait pas assez de problèmes, il fallait en rajouter et nous faire tomber dans une facilité sexuelle sans précédent dans l’histoire de l’humanité 😭😭😭.

Quoi? Vous ne comprenez pas de quoi je parle? Je ne pense pas, vous faites juste semblant, oui, c’est le travail de plus d’un, mais bon, allons y doucement.

1- Souvenirs souvenirs

hoooooo, elle est bien loin l’époque de 123love et compagnie, quand tu draguais une petite sans savoir qui est de l’autre côté (parfois c’était même un laid gars 😇😇😇), tu avais quelques minutes pour être convaincant et chiper son numéro de téléphone, tu naviguais à vue et une fois au rendez-vous la déception tombait sur ta tête comme un coup de massue; mais c’était cool, ce goût de l’aventure et de l’inconnu.

2- Puis il y a eu les temps modernes

oui, on a évolué, on est quitté de l’anonymat aux balbutiements des réseaux sociaux avec Hi5, tout en draguant sur Badoo, on pouvait déjà mettre un visage sur un pseudonyme ou un nom, c’était parfois un peu rudimentaire mais le résultat était quelques fois au rendez-vous, puis la première marketplace du sexe est arrivée, Facebook.

3- Le tournant Facebook

Avec l’arrivée de Facebook, vrai vrai, que le gars qui n’a jamais flashé sur une jolie bimbo et envoyé demande d’amitié et messages lève la main 😅😅😅, pas moi en tout cas. C’était simplement la révolution, le monde entier à notre portée et on peut dire que ça a porté des fruits, et bien des fruits en sont nés, pour les autres hein, pardon ne me regardez pas comme ça, je ne suis pas arrivé à ce stade 😋😋😋. Et les filles donc…🙄🙄🙄, que celle qui ne sait jamais faite séquestrer par des bourreaux baratineurs et autres lève la main, assia, c’est la mondialisation on va faire comment?

4- Whatsapp précurseur de la fin des temps

Avec Facebook, plus d’un nageaient déjà dans le bonheur, et là, un autre est arrivé, la révolution de la révolution, l’essence même de la facilité, Whatsapp, héééééééééé DIEU, où va le monde? là bas c’est le haut débit, les choses vont tellement vite que tu t’y perds, on rencontre tout le monde partout, les groupes sont simplement des plateformes de rencontres dissimulées, on en a pour tous les goûts, les plus prisés sont les groupes de sexe, pornographie, libertinage et tout ce qui va dans ce sens, avec à leur tête parfois des personnalités insoupçonnables; on en a également avec des thématiques, offres d’emplois, politique, faits divers et même des cotisations virtuelles. Mais peu importe la thématique, il y a quasiment toujours des chauds gars qui sont là pour piéger les petites, il contrôlent les photos de profil pour pour « Inboxer » ou « IB » pour les initiés (le néologisme fait sa part de chemin), puis vous échangez photos et vidéos, et pour finir, ce qui doit arriver arrive et ils passent à la suivante. Donc peu importe où tu te trouves, tu cueilles une petite, si tu es à l’étranger alors, comme elles adorent les « longs numéros » dans les groupes, ton prochain passage au pays est assuré de plaisirs charnels à te retourner le cerveau, et à la fin ça te donne quoi?

5- Les risques

Les images de sexe sur les réseaux sociaux, ça ne choque plus personne, mais prenez toujours garde, surtout vous les filles, c’est vous les victimes à chaque fois, oui, si tu affiches un garçon, il va se vanter comme si tu étais un trophée, donc quand vous faites vos choses là, il est préférable de ne pas afficher votre visage, après tout le chéri d’aujourd’hui peut-être votre terreur et maître chanteur de demain.

Le sexe, le sexe, le sexe et encore le sexe, soit tu fais, soit ça va te faire, si tu ne veux pas hein, faut quitter les réseaux sociaux, car la tentation est partout, néanmoins comme on dit souvent, l’ennemi ne dort jamais donc soyez prudents et ne tombez pas dans cette facilité, il y a les maladies dehors hein, et on a déjà trop de bébés cherchant parents ou trouvant parents irresponsables 😎😎😎. Donc, soyez responsables.

Commentaires

commentaires