Lycée de Nkol-bisson, un élève assassine froidement son professeur de mathématiques

0
5710

Je ne sais pas si c’est toujours la dérive de notre société ou alors nous sommes même déjà sous le coup d’une malédiction, mais rien ne va plus dans notre pays. Nos enfants vont à l’école avec toutes sortes d’objets dangereux, au point de devenir des menaces pour les autres, et même préméditer des meurtres comme cela a été le cas il y a deux jours au lycée de Nkol-Bisson.

Les faits se sont déroulés le mardi 14 janvier 2020 au lycée de Nkol-BissonBisse Ngosso Brice âgé de 15 ans et élève en classe de 4e, assassine de sang froid son professeur le nommé Njoni Tchakounte Maurice, âgé de 26 ans à l’aide d’un poignard qu’il a pris la peine de ramener de la maison familiale. Le problème ici n’est pas de relater les faits, mais de se demander comment on en est arrivé là?

Quand moi j’allais à l’école, plus encore au lycée, je ne sais pas si on pouvait même regarder dans les yeux le gars qu’on avait pris au quartier pour jouer au surveillant de couloir, bon, après il y a toujours quelques délinquants qui font un peu n’importe quoi, mais jamais jusqu’à l’affrontement. Je me souviens m’être fais gifler plus d’une fois sans trop savoir pourquoi, et alors? Le professeur partait avec ma joue? N’est-ce-pas c’est toujours là!!! De nos jours, je connais un lycée dans la banlieue de Yaoundé où les élèves séquestrent carrément les enseignants, donc maintenant quand vous voulez parler à votre élève ou le punir, vous prenez du recul, on va arriver?

Quoi qu’il en soit, chacun connait quel est son rôle et où il a échoué, peut-être c’est les parents, peut-être les enseignants même, peut-être le gouvernement ou encore je ne sais quoi, Internet vous direz? Peu importe. Ce que je constate est qu’un enfant de 15 fait partie de la génération smartphone, avec leur avènement en 2007, le petit avait 2 ans, il a grandi avec, livré à toutes sortes de contenus, oui, laissez vos enfants faire ce qu’ils veulent sur Internet et la vie réelle, après, assumez.

Commentaires

commentaires