Leurs combats ne seront jamais les miens

0
2660
Quand je vois le monde entier, mes frères Camerounais avec, s’indigner devant la mort de Georges Floyd, je suis un peu amusé. C’est triste, très triste même, mais il y a plus triste chez nous.Georges a été étouffé et a succombé au bout de 8 minutes environ. Samuel a été enlevé et probablement torturé pendant des mois, aujourd’hui le MINDEF dit qu’il est mort de sepsis sévère, allez savoir ce que c’est, mais personne n’en parle, après tout c’était même qui? Un jeune étudiant s’est fait abattre comme un animal par une force de l’ordre à Bafoussam, on a vu personne se lever. Donc autant la mort de Georges m’indigne et je trouve cela pas bien, autant je perds le sommeil parce que Samuel a perdu sa vie de façon brutale, il est sorti un matin pour aller travailler, il a peut-être embrassé sa fille, sa femme, et elles ne le reverront jamais, elles n’ont même pas pu faire son deuil. Les Américains ont leurs problèmes de racisme, nous avons nos problèmes de tribalisme, les deux rimes peut-être mais ne sont pas pareils. Je suis triste qu’un blanc tue un noir, juste parce qu’il est noir, mais je perds le sommeil lorsqu’un Bamiléké, un Eton, un Haoussa, un je ne sais quoi s’en prend à un autre Camerounais, juste parce qu’il n’est pas de sa tribu, c’est ça notre combat, et non tous se faire passer pour des Floyd alors que nous sommes des Kamga, des Atangana.

Je pourrai passer la journée à écrire, mais je veux juste nous faire savoir une chose, choisissons bien nos combats.

 

Commentaires

commentaires