Fête du travail au Cameroun : une affaire d’adultes, pas de jeunes au défilé

0
2990

Bon, depuis près de 5 jours, on nous cassait les oreilles avec l’affaire de fête du travail ci. Si chez nous, on a réellement commencé à en parler le 1er mai, sur une chaîne internationale on faisait beaucoup de tapage à propos de la fête du 1er mai au Cameroun, et je me suis bien demandé pourquoi, du coup j’ai décidé de suivre au maximum cette affaire.

J’ai retenu deux choses de cette 132e fête, la première est juste un constat qui n’engage que moi et la seconde c’est des plaintes notamment des syndicats.

1- Les jeunes brillent par leur absence

En regardant et « re-regardant » 🙄🙄🙄 les multiples défilés, la chose la plus marquante est l’absence des jeunes, on pourrait croire que si vous avez moins de trente ans, le marché de l’emploi n’est pas fait pour vous. Oui, que ce soit les personnes qui défilaient ou encore celles à qui on tendait le micro, il s’agissait de personnes d’un certain âge. Comme quoi, vous qui courez pour vite fréquenter et entasser les diplômes, avoir les master et autres avant 25 ans, vous courez dans le sac 😰😰😰, sinon, allez voir ailleurs (sauf si vous avez quelques couloirs 🙊🙊🙊). C’est dommage qu’on ne possède pas de chiffres (honnêtes) sur l’emploi des jeunes mais je suis sûr que peut-être bien 8 jeunes sur 10 de moins de 30 ans n’ont pas un réel emploi, ou alors font dans du bricolage (peut-être même pas dans leur domaine de compétences). Si vous en doutez, regardez comment les sites d’offres d’emplois fleurissent chez nous, et les groupes d’emplois sur les réseaux sociaux. Publiez une annonce banale et compter les candidatures, vous serez submergés tellement la demande est grande.

2- Ceux qui travaillent son mécontents

Les travailleurs sont mécontents, il râlent, bon, c’est vrai que nous sommes au pays des râleurs, mais à un moment quand même ça prend du sens. Entre les conditions de travail pas toujours bonnes, les salaires qui ne suivent pas, les prestations sociales pas favorables, un salaire minimum à 38.000 fcfa (😂😂😂 c’est pour faire quoi avec?), il y a quand même lieu de se plaindre. Mais ça sert même à quoi à la fin, les même plaintes chaque jour et rien ne change.

3- Le Président de la République et ses 300.000 emplois de moto-taximan

J’avoue être un peu intrigué de n’avoir jamais vu de défilé motorisé avec nos amis ben-skineurs, après tout ce sont des travailleurs nonnn, et on sait qu’il y a quelques années, le « Nkukuma suprême » s’était vanté lors de son discours à la jeunesse en parlant des emplois créés et évoquant les moto-taximan 😂😂😂🙊🙊🙊, on ne rit pas de ce que le boss dit 🙄🙄🙄, après tout peut-être c’est lui qui leur avait offert les motos. En tout cas, le chemin est long, très long, le bout du tunnel, hum, tunnel de quoi même!!! on est dans une voix sans issue, un cul de sac, où le soleil brille pour certains et pour d’autres même la lune il n’y a pas.

Quand on voit toutes ces choses, on se demande bien où est la place des jeunes dans notre société. On va vous dire qu’il faut entreprendre, créer les entreprises c’est facile, allez-y alors et vous viendrez me dire, aucune mesure d’aide, aucunes exemptions, ils vont dire que la patente est gratuite la première année, mais ça représente quoi au fond quand juste derrière on vous demande des centaines de milles de nos rares FCFA pour signer votre localisation. Voilà, voilà, après on va s’étonner que tout le monde rêve de partir.

Commentaires

commentaires