Contentieux post-électoral : la parodie du conseil constitutionnel en mondovision

0
1254

Je ne sais pas quel sentiment m’anime en ce moment, mais si je ne le sais pas c’est juste parce que je ne connais pas le niveau au-dessus de la colère 😡😡😡😡😡😡😡😡😡, la rage peut-être; car ce à quoi nous assistons depuis mardi 16 octobre 2018 est tout, sauf le règlement d’un litige, oui, on assiste à une grosse scène de théâtre, dont le titre pourrait très bien être « Parodie au sommet de l’État, quand le Conseil Constitutionnel tient les ficelles ».

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

Je ne suis pas juriste ni un spécialiste des affaires de lois, la seule loi que je maîtrise est celle de l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH), de ce fait je vais dire les choses exactement comme je les vois, je ne suis pas journaliste non plus et je n’ai aucun code déontologique à respecter, néanmoins comme vous n’aimez pas lire je vais essayer d’être le plus bref possible, sinon c’est un livre que je vais publier.

1- Contexte : un pays au plus profond de l’agonie

Voila un pays qui va bien, très bien même on le sait, mais pour qui? pour combien de personnes? Vous connaissez tous les problèmes qui minent notre pays, il y en a tellement, les infrastructures routières qu’on ne présente plus (même comme le président de la CAF n’a vu aucun ni de poule à Yaoundé, peut-être contre une mallette d’argent qui sait 🤷🏿‍♂️🤷🏿‍♂️🤷🏿‍♂️), la qualité du service public, les soins hospitaliers, rien ne va au Cameroun.

2- Une élection pleine d’espoirs

En toute honnêteté, je ne sais pas qui sont les personnes qui ont voté pour le parti au pouvoir, mais ces personnes souffrent de quelque chose, car voter ce parti va au-delà de tout entendement logique, la politique du « pain-sardine » à elle seule ne peut pas le justifier, c’est peut-être une lobotomie que ces abrutis subissent (leurs cerveaux ne fonctionnent pas correctement). Donc ces élections étaient l’espoir de voir les choses changer, beaucoup ont voté pour ce changement, hélas.

Je suis fatigué, je me prive de sommeil, je ne suis pas là pour m’amuser

3- Le contentieux post-électoral inévitable

Voilà la partie qui m’intéresse, on savait tous qu’on en arriverait là, que certains frauderaient comme à leur habitude et que certains revendiqueraient également. Mais le problème est bien sûr la revendication. Comment revendiquer dans une position où tout est contre vous? Comment revendiquer lorsque les idées de ceux qui arbitrent sont déjà figées et les décisions pré-établies? Vous déposez des requêtes qui nous le savons n’aboutiront pas car les « juges » sont à des années lumières de l’impartialité, de la neutralité qu’on attend d’eux. Je ne sais pas quel est le rôle de votre affaire de Conseil Constitutionnel, mais il me semble qu’il soit l’organe qui doit « arbitrer », ça veut dire qu’il y a deux camps ou plus, et chacun fait son show, lui il a le sifflet. Mais quand ces membres qui doivent donner leurs avis se retrouvent entrain de contester une partie, entrain d’aller fouiner pour ramener des preuves afin de discréditer l’autre, de quoi s’agit-il? Quand le président de ce Conseil empêche à un plaignant de s’exprimer sous prétexte qu’il est fatigué, qu’il se prive de sommeil, il n’est pas là pour s’amuser, ça montre la considération de la chose. On ne peut pas être entrain de décider du sort d’une nation, de plus de 20 millions de Camerounais, en voulant bâcler l’affaire et la liquider, personnellement ce débat ferait des semaines que ça ne me dérangerait pas, si après on doit vivre 7 années sous un jour nouveau; malheureusement certains sont fatigués, mais cette fatigue est juste l’expression de la vieillesse et rien d’autre, après tout, vous n’êtes pas le seul à participer aux débats, donc pas plus fatigué que les autres, et votre petite fatigue physique est bien loin de l’épuisement psychologique du peuple camerounais.

Je ne vais pas entrer dans les détails de qui a dit quoi? Mais si vous avez suivi ces débats, avec les commentaires à deux balles des médiocres journalistes de la télévision nationale 😪😪😪😪😪😪😪😪😪 (ils me donnent envie de vomir ceux-là 🤮🤮🤮🤮🤮🤮🤮🤮🤮), vous comprendrez qu’on a quand même évolué en terme de démocratie et fait semblant de montrer au monde entier que les choses se font comme il se doit, voilà, on a réussit le coup au niveau de la forme, mais dans le fond, c’est tout simplement n’importe quoi, et j’espère que ceux là qui nous condamnent ainsi, cette minorité qui nous prend en otage trouvent paisiblement le sommeil, car dans un monde de justice, les cris et pleurs du peuple devraient les hanter, si néanmoins nous ne pouvons rien contre vous, vous rendrez compte tôt ou tard, ici ou ailleurs (même après votre mort).

Nous sommes un peuple pacifique, et si d’autres personnes sont prêtes à exploser comme moi (ce qui est à coup sûr le cas), on sait comment tout ça risquerait se terminer, avec notamment ces tensions tribales ressuscitées et bien nourries sur les réseaux sociaux; mais mes frères, ce calme qui nous a toujours distingué reste notre meilleur arme, toute chose à une fin, donc continuons d’être patients, si nous avons survécu jusqu’à présent, tenons encore le coup, car descendre dans la rue pour saboter et détruire le peu que nous avons, nous ramènera encore bien plus en arrière en semant tristesse est désolation au passage. Puisse votre DIEU prendre soin de nous.

Rendez-vous à 18 heures (heure locale soit GMT+1) pour les délibérations.

Commentaires

commentaires