5 choses que les Camerounais partagent systématiquement sur les réseaux sociaux

0
2502

Au Cameroun, nous sommes comme ça, on aime les choses qui ne font pas avancer le pays, c’est pourquoi nous sommes toujours prêts à faire des partages futiles, mais avant tout on aime DIEU, oui, les blancs sont venus avec leur affaire, nous on a aimé ça plus qu’eux, du coup, on ne loupe pas une occasion de lâcher un Amen.

Voici donc quelques éléments qu’on ne laisse pas passer quand ça atterrit devant nous :

1- DIEU

Oui, comme je le disais plus haut, on aime ça, et comme Facebook est devenu une terre d’évangélisation ça ne manque pas, on partage, on copie, on balance sur Whatsapp et ça fait son chemin.

2- Les images choquantes

Le « sangsationnel », peut-être qu’on aime même ça plus que DIEU, mais le truc qui choque le plus est de savoir comment fonctionne le cerveau de ceux là qui en cas d’accident s’empressent simplement de faire des photos, c’est quoi l’idée derrière ce comportement?

depuis que je suis les médias, étrangers bien sûr, des gens meurent sur toute la planète, guerres, attentats, accidents et autres, mais jamais d’images ne circulent, ici chez nous, ton chat tue une souris, c’est sur Internet, un homme tue une femme…bref c’est des choses sur lesquels on devrait se pencher et se demander qu’elle est l’intérêt de ces publications, juste faire le buzz? et ensuite? on va t’envoyer une lettre de remerciement? vous avez pensé aux familles des personnes? Honnêtement on doit ARRÊTER 😡😡😡.

3- Les infos dénigrantes pour le pays

Oui oui, on a la rage, les Camerounais ont la rage, du coup, on ne loupe pas la moindre occasion de descendre le pays, on est toujours très prompts à relayer une information péjorative, même si elle n’est pas fondée, tant que ça peut nous faire râler, c’est super.

Soyez des internautes patriotes qui œuvrent au développement et au rayonnement du Cameroun, non des followers passifs ou des relais naïfs des pourfendeurs de la République

4- Les fausses rumeurs

Ici, c’est sûrement l’ennui qui nous anime, oui, au Cameroun, les jeunes n’ont pas grand chose à faire, donc on vadrouille toute la journée sur les réseaux sociaux (heureusement qu’on réussit toujours à jongler et avoir un forfait), donc le moindre débat nous intéresse, question de s’occuper un peu et sembler exister en donnant son avis.

5- Les chaines à ne pas briser

Une de plus vieilles farces d’Internet, les chaînes à ne pas briser, je me souviens d’elles à mes débuts avec Internet en 2000, à cette époque ça se passait par mail, j’étais un peu naïf, mais malgré ça je ne partageais pas, juste pour voir ce qui allait m’arriver, 18 ans plus tard rien ne m’est arrivé, or on parlait souvent de malheurs qui t’arriveraient, j’attends toujours.

Donc mes chers, pas la peine de perdre votre temps, à réclamer qu’on renvoie à 15 personnes dont vous pour savoir que vous êtes une personne géniale ou aimée, si vous l’êtes vous l’êtes, sinon, bah tant pis.

Commentaires

commentaires